Une lueur d'espoir dans le chagrin

"Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite? N'a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles? Quand elle l'oublierait, Moi je ne t'oublierai point. Ésaïe 49:15 (Louis Segond)"

June 26, 2019

Pourquoi ne m'aime-t-elle pas?

Il n'avait que huit ans, un petit garçon triste et en colère assis sur le bord du lit. Les responsables de cabine étaient désemparés. Comment pourraient-ils répondre à une telle question?

La réalité de Jeffrey, c’était un foyer brisé, sans amour parental. Il s'est senti rejeté, et ce rejet s'est manifesté dans un caractère instable durant sa première semaine de camp biblique. Les émotions ont débordé et il s'est défoulé. Quand la colère s'est apaisée, il a fondu en larmes.

Un tel cas n’est pas rare; ce n'est pas le camp qui l'a mis en colère, mais une situation plus importante qui dépasse l'entendement de tout enfant.

C’était un moment déchirant. Et pourtant, il y avait de l'espoir.

Les moniteurs ont touché la vie de Jeffrey cette semaine-là, lui démontrant de l’amour et de la compréhension. Jeffrey s’est alors mis à changer.

Avec l’aide des moniteurs, il a découvert Ésaïe 49:15, "Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite? N'a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles? Quand elle l'oublierait, Moi je ne t'oublierai point!"

Jeffrey a encerclé le verset dans sa Bible; il a ajouté les mots Jeffrey et Dieu en gros caractères gras. Ses moniteurs lui ont démontré ce que ça signifie d'expérimenter l'amour profond et constant de Jésus d'une manière très personnelle.

Plus tard au cours de cette semaine, Jeffrey a demandé à Jésus de venir vivre dans sa vie en tant que Seigneur et Sauveur.

Les changements ont été immédiats. Lors d'une activité de tir à l'arc, le responsable a demandé si quelqu'un voulait bien prier. Jeffrey a répondu : "Je suis chrétien maintenant, alors je pense que je devrais prier! " Après le camp, les moniteurs de Jeffrey ont travaillé fort pour rester en contact afin qu'il ait l'occasion de se connecter avec une église et de grandir dans sa foi.

Voir le fruit qui provient de ces situations difficiles est l'une des plus grandes joies du ministère de camp. C'est pourquoi nous faisons ce que nous faisons! Nous avons hâte de voir ce que Dieu fait dans la vie de ce jeune garçon, et dans la vie d'innombrables autres enfants et jeunes comme lui.

(*Basé sur une histoire vraie partagée par un missionnaire de L’Espoir du Canada. Le nom a été changé.)

 

Blog Post List